Anne Vivian-Scott se joint au conseil d’administration

Anne Vivian-Scott, MBA, PEng, présidente et PDG de Kinarm : Les 25 années de pratique professionnelle de Mme Vivian-Scott l’ont menée dans des domaines aussi divers que la construction d’ingénierie et la finance d’entreprise. La majeure partie de sa carrière a été consacrée à la tâche difficile de commercialiser les découvertes de la recherche universitaire en produits et services utiles. Elle a pris la direction de Kinarm en 2009, avant de s’y consacrer à plein temps en 2013. Son rôle actuel est très représentatif de l’approche adoptée par PARTEQ Innovations, l’agent de transfert technologique de l’Université Queen’s, en matière de commercialisation : retrousser ses manches, élaborer un plan d’affaires réalisable, s’impliquer sur le plan opérationnel et diriger ces entités pendant les premières années. Elle gère les ventes, le marketing, les finances et le système de gestion de la qualité. Mme Vivian-Scott est titulaire d’un B.A.Sc. en génie chimique (Waterloo) et d’un MBA (Concordia). Elle est membre du conseil consultatif de l’industrie de l’Ontario Brain Institute.

Lire le rapport annuel 2020-21

En réfléchissant au chemin parcouru, nous nous tournons également vers l’avenir. Au cours des deux prochaines années, notre communauté – et ce partenariat – seront confrontés à leur propre série de défis et nous devrons prendre une nouvelle direction. Notre modèle de financement actuel arrive à son terme en 2023. Nous le disons avec une profonde gratitude pour deux décennies de soutien incroyable de la part de nos partenaires.

Les investissements dans le Partenariat canadien pour la réadaptation post-AVC ont permis de fournir une infrastructure de recherche cruciale, de recruter des scientifiques de haut niveau, de développer des capacités, de catalyser de nouvelles idées, de mettre en place des plateformes et des programmes de formation, de créer des occasions de démultiplier les investissements et de soutenir une communauté solide et réseautée axée sur la réadaptation post-AVC.

Dans la perspective de 2023, notre conseil d’administration, notre équipe de gestion et notre direction scientifique travailleront main dans la main avec la communauté des chercheurs pour déterminer comment maintenir les programmes, les plateformes et les outils. Sur la base de ce que nous avons vu pendant la pandémie, nous sommes convaincus que des solutions créatives sont possibles. Les personnes vivant avec un AVC n’en attendent pas moins.

Rod McKay, président du conseil d’administration ; Katie Lafferty, chef de la direction ; Dr Andrew Demchuk et Dr Sean Dukelow, co-directeurs scientifiques.

LISEZ LE RAPPORT ANNUEL COMPLET, Y COMPRIS LES ÉTATS FINANCIERS VÉRIFIÉS, ICI.

Sondage auprès des professionnels de la santé relativement à l’impact de la COVID-19 sur les problèmes cardiovasculaires

À Cœur + AVC, nous menons un bref sondage en ligne auprès de personnes comme vous, spécialisées dans les questions de santé et de recherche liées au cœur et au cerveau. L’objectif du sondage est de nous aider à comprendre les difficultés soulevées par la pandémie et, surtout, d’orienter nos décisions futures. Nous voulons connaître l’impact de la pandémie sur votre travail, sur l’avenir du système de soins de santé et de la recherche en santé, et sur les personnes qui vivent avec une maladie cardiaque ou un déficit cognitif d’origine vasculaire, qui ont subi un AVC ou qui risquent d’être touchés par ces problèmes.

Avec votre expertise dans le domaine de la santé cardiaque et cérébrale, vous pourriez nous aider considérablement.

Nous publierons les résultats du sondage dans les médias à l’automne afin de sensibiliser la population et de créer un sentiment d’urgence par rapport à l’importance de soutenir la santé cardiaque et cérébrale, d’influencer le changement systémique, de faire valoir l’importance de la recherche en santé et de susciter des dons.

Ce sondage, mené en collaboration avec Environics Research, se déroulera du 16 au 25 août 2021. Votre participation est volontaire et vos réponses resteront confidentielles et ANONYMES. Le sondage devrait vous prendre environ 5 minutes. Pour y accéder, veuillez cliquer sur le lien suivant (ou le copier-coller dans votre navigateur) : https://ca.decipherinc.com/survey/selfserve/53d/11212?list=1&cl=gqs212

Si vous avez des questions sur le sondage et ses objectifs, veuillez communiquer avec Stephanie Lawrence à l’adresse Stephanie.Lawrence@heartandstroke.ca.

L’appel à candidatures est maintenant ouvert pour la Conférence Hnatyshyn et la nouvelle Conférence Louise et Frank Nieboer

Conférence Hnatyshyn de 2021
 
Appel à candidatures : Conférence Hnatyshyn de 2021
 
Cœur + AVC, en collaboration avec le Consortium neurovasculaire canadien et le Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC, est heureuse d’annoncer que le processus d’appel à candidatures pour la Conférence Hnatyshyn de 2021 est ouvert.
 
Cette prestigieuse conférence reconnaît un professionnel de la santé qui a eu un impact important et positif dans le domaine de l’AVC et de la santé cérébrale. Elle est ouverte aux experts du pays travaillant dans toutes les disciplines de la recherche sur l’AVC, de la pratique et des systèmes de santé dont la contribution s’est étendue sur une certaine période ou constitue une innovation importante relative aux processus de gestion clinique, aux systèmes, aux technologies, à des produits, à des programmes ou à des politiques qui ont une incidence avérée.
 
La Conférence Hnatyshyn de 2021 sera un événement vedette du sommet virtuel d’Ottawa sur l’AVC, le 26 novembre 2021. L’entrée est gratuite pour tous.

Proposer la candidature d’un professionnel de la santé spécialisé en AVC qui a apporté une contribution importante 
 
Si vous connaissez quelqu’un qui mérite cette importante reconnaissance, nous vous invitons à proposer sa candidature. Les candidatures personnelles ne sont pas acceptées. De plus amples renseignements, notamment sur les critères et le processus de sélection, se trouvent sur le site Web canadien des pratiques optimales en matière de soins de l’AVC, disponible ici. Les candidatures seront acceptées jusqu’au 25 juillet 2021.
 
Veuillez communiquer cette annonce à la communauté des professionnels de la santé spécialisés en AVC du pays.
 
Si vous avez des questions au sujet de cette conférence, veuillez les transmettre à kthp@heartandstroke.ca.
 
Conférence Nieboer de 2021
Annonce d’une nouvelle conférence pour les personnes exceptionnelles qui ont été touchées par l’AVC
 
Nommée en l’honneur de Louise et Frank Nieboer, cette nouvelle conférence reconnaîtra et honorera des personnes exceptionnelles qui ont été directement touchées par l’AVC ou qui en ont subi les conséquences, et qui ont transformé leur expérience personnelle en une mission visant à aider d’autres personnes qui vivent un parcours similaire.
 
Louise a subi un AVC à l’âge de 32 ans. Tout au long de sa vie, elle a fait des progrès et a été une source d’espoir et d’inspiration pour les autres, avec le soutien constant de son mari Frank.
 
La première Conférence Nieboer sera un événement vedette du sommet virtuel d’Ottawa sur l’AVC, le 26 novembre 2021. L’entrée est gratuite pour tous.
 
Reconnaître une personne qui a contribué à changer les choses dans la vie des personnes ayant subi un AVC. 
 
La Conférence Nieboer est ouverte aux personnes, couples ou familles qui ont contribué de manière importante à améliorer la vie des personnes ayant subi un AVC.
 
Si vous connaissez une personne, un couple ou une famille qui a eu un impact important et positif sur le rétablissement après un AVC, les systèmes de soins ou le soutien aux personnes ayant subi un AVC au pays, nous vous invitons à proposer sa candidature. La Conférence Nieboer est ouverte aux personnes, couples ou familles qui ont contribué de manière importante à améliorer la vie des personnes ayant subi un AVC. Les candidatures personnelles ne sont pas acceptées.
De plus amples renseignements, notamment sur les critères et le processus de sélection, se trouvent sur le site Web canadien des pratiques optimales en matière de soins de l’AVC, disponible ici. Les candidatures seront acceptées jusqu’au 25 juillet 2021.
 
Si vous avez des questions au sujet de cette conférence, veuillez les transmettre à kthp@heartandstroke.ca.
Conférence Nieboer de 2021 Annonce d’une nouvelle conférence pour les personnes exceptionnelles qui ont été touchées par l’AVC   Nommée en l’honneur de Louise et Frank Nieboer, cette nouvelle conférence reconnaîtra et honorera des personnes exceptionnelles qui ont été directement touchées par l’AVC ou qui en ont subi les conséquences, et qui ont transformé leur expérience personnelle en une mission visant à aider d’autres personnes qui vivent un parcours similaire.   Louise a subi un AVC à l’âge de 32 ans. Tout au long de sa vie, elle a fait des progrès et a été une source d’espoir et d’inspiration pour les autres, avec le soutien constant de son mari Frank.   La première Conférence Nieboer sera un événement vedette du sommet virtuel d’Ottawa sur l’AVC, le 26 novembre 2021. L’entrée est gratuite pour tous.   Reconnaître une personne qui a contribué à changer les choses dans la vie des personnes ayant subi un AVC.    La Conférence Nieboer est ouverte aux personnes, couples ou familles qui ont contribué de manière importante à améliorer la vie des personnes ayant subi un AVC.   Si vous connaissez une personne, un couple ou une famille qui a eu un impact important et positif sur le rétablissement après un AVC, les systèmes de soins ou le soutien aux personnes ayant subi un AVC au pays, nous vous invitons à proposer sa candidature. La Conférence Nieboer est ouverte aux personnes, couples ou familles qui ont contribué de manière importante à améliorer la vie des personnes ayant subi un AVC. Les candidatures personnelles ne sont pas acceptées. De plus amples renseignements, notamment sur les critères et le processus de sélection, se trouvent sur le site Web canadien des pratiques optimales en matière de soins de l’AVC, disponible ici. Les candidatures seront acceptées jusqu’au 25 juillet 2021.   Si vous avez des questions au sujet de cette conférence, veuillez les transmettre à kthp@heartandstroke.ca.

Maladies du cœur et AVC : les patients souhaitent un maintien des soins virtuels après la pandémie

Le 15 juin 2021. – Les soins de santé virtuels pourraient continuer de réduire le fardeau du système de santé et d’apporter des avantages aux patients et aux aidants bien après le retrait des mesures de santé publique liées à la COVID-19. Cœur + AVC s’est entretenue avec des experts, a analysé les données actuelles, a interrogé des personnes vivant avec une maladie du cœur ou ayant subi un AVC et a financé un sondage téléphonique auprès de la population. Elle en a tiré la conclusion suivante : les soins virtuels détiennent un grand potentiel et suscitent l’intérêt continu des patients.

Le recours aux soins de santé virtuels a considérablement augmenté au cours des 14 derniers mois. Ils ont permis aux patients de rester en contact avec les dispensateurs de soins alors que le système de santé était perturbé par la pandémie. Cette approche technologique n’est pas nouvelle, mais son utilisation a été fortement stimulée par la pandémie, notamment dans des contextes de prévention et de réadaptation, où elle était assez peu utilisée auparavant.

Dans le cadre d’une nouvelle enquête en ligne* menée par Cœur + AVC auprès de plus de 3 000 personnes ayant subi un AVC ou vivant avec une maladie cardiaque ou un déficit cognitif d’origine vasculaire, ainsi que de leurs aidants, plus de la moitié des répondants ont indiqué qu’ils souhaitaient continuer d’avoir des rendez-vous virtuels, même après la pandémie de COVID-19. Ce taux est en hausse par rapport à celui obtenu un an plus tôt dans le cadre d’une enquête comparable. L’enquête a également permis de faire les constatations suivantes :

  • Les rendez-vous virtuels étaient le plus souvent la seule option proposée pendant la pandémie.
  • Le nombre de personnes ayant participé à des rendez-vous virtuels a augmenté au cours de la dernière année, passant d’environ cinq personnes sur dix au début de la pandémie à environ huit sur dix au printemps 2021.
  • Plus de la moitié des répondants se sentent compétents ou très compétents en ce qui a trait à l’utilisation de la technologie requise.
  • Huit personnes sur dix confirment que les rendez-vous virtuels sont pratiques et qu’elles ont pu poser des questions et obtenir des réponses.
  • Neuf personnes sur dix ne s’inquiètent pas pour leur vie privée.

« Alors que nous préparons l’après-pandémie et que les mesures de santé publique commencent à être levées, les soins de santé virtuels resteront un outil efficace et efficient pour les patients, les professionnels de la santé et le système de santé », affirme Patrice Lindsay, directrice, Changements au sein du système de santé, Cœur + AVC. « Les soins de santé virtuels ne sont pas destinés à compléter ni à remplacer les consultations en personne, mais ils présentent un énorme potentiel pour fournir des soins de qualité aux personnes ayant subi un AVC ou vivant avec une maladie du cœur, ainsi que pour réduire le fardeau du système de santé, qu’il soit question de prévention, de soins de courte durée, de prise en charge des maladies, de réadaptation ou de soins de fin de vie. »

Des recherches ont montré qu’un diagnostic posé dans le cadre de soins de santé virtuels peut être exact jusqu’à 91 % pour un large éventail de maladies. Il a également été démontré que les soins de santé virtuels peuvent améliorer la prise en charge des patients atteints de maladies chroniques, notamment d’insuffisance cardiaque et de maladies coronariennes chroniques.

« Les soins virtuels sont une bénédiction. Ils me permettent de gagner du temps et d’économiser de l’énergie, puisque je n’ai pas à me préparer, prendre ma voiture ou marcher pour me rendre à mes rendez-vous. Les consultations virtuelles me permettent donc d’avoir plus d’énergie pour les autres activités de la journée et elles sont plus faciles à intégrer à mon horaire, puisque je reste à la maison », affirme Céline Bédard, 48 ans. Résidente de Gatineau et mère de cinq enfants, Céline a subi un AVC le 4 mars 2020.

Les soins de santé virtuels ont permis de réduire les temps d’attente et, selon des études préliminaires, d’améliorer l’assiduité des patients. Les rendez-vous virtuels peuvent être pris rapidement, ils simplifient la tâche pour les personnes ayant des problèmes de mobilité ou n’ayant pas accès à des moyens de transport, et ils permettent d’inclure plus facilement les aidants dans le processus de consultation. De plus, ils génèrent moins de déplacements, moins d’heures de travail perdues, moins de frais de garde d’enfants et moins de dépenses liées au transport et au stationnement, entre autres, que les rendez-vous en personne.

Les soins virtuels sont un moyen de combattre les inégalités

 « Les soins virtuels offrent de nouvelles possibilités d’accès aux soins, en particulier pour les personnes vivant dans des communautés mal desservies, explique la Dre Inderveer Mahal, médecin de famille à Vancouver. Dans les régions éloignées et nordiques, notamment celles où vivent des communautés autochtones, la mise en œuvre des soins virtuels a le potentiel de réduire les inégalités en matière de santé en aidant les gens à obtenir un éventail de services de santé sans quitter leur communauté. Avec l’aide des travailleurs de proximité, les personnes qui vivent dans des refuges ou des tentes peuvent en fait plus facilement assister à des rendez-vous virtuels – à condition qu’on leur fournisse la technologie et l’espace sûr nécessaires. Les soins virtuels nous aident à fournir des soins de santé à tous les Canadiens. »

Il reste encore beaucoup à faire pour que le potentiel des soins de santé virtuels soit pleinement exploité et pour que chacun, dans tout le pays, puisse y accéder et en bénéficier de manière égale. Certains groupes continuent de rencontrer des difficultés dans l’obtention des services de soins de santé, y compris les soins de santé virtuels. Il s’agit notamment des personnes âgées, des personnes à faible revenu, des communautés nordiques ou éloignées, des nouveaux arrivants, des peuples autochtones, des personnes handicapées, des sans-abri et des personnes ayant un faible niveau de littératie. Pour d’autres, notamment les personnes âgées et celles qui maîtrisent mal les outils technologiques, l’utilisation de la technologie peut s’avérer difficile.

Selon un récent sondage d’opinion publique**, plus de sept Canadiens sur dix souhaitent que leur gouvernement provincial fournisse des fonds pour améliorer l’accès aux soins de santé virtuels pour les groupes désavantagés à cet égard. De plus, huit Canadiens sur dix souhaitent que leur gouvernement provincial investisse dans la formation des professionnels de la santé et des patients en matière de soins de santé virtuels.

« Pendant qu’a lieu la planification de l’avenir des soins de santé, Cœur + AVC s’engage à travailler avec les administrateurs des systèmes de santé, les gouvernements et d’autres partenaires afin de s’assurer que les soins de santé virtuels continuent sur leur lancée et soient intégrés dans le système de santé d’une manière équitable et centrée sur lapersonne », affirme Mme Lindsay.

* Cœur + AVC a réalisé deux enquêtes en ligne auprès de personnes ayant subi un AVC ou vivant avec une maladie cardiaque ou un déficit cognitif d’origine vasculaire, et de leurs aidants. La première enquête s’est déroulée du 8 au 31 mai 2020 avec un total de 1 186 répondants, tandis que la seconde s’est déroulée du 23 mars au 26 avril 2021 avec un total de 3 016 répondants.

** Sondage téléphonique réalisé par Sentis Research auprès de 2 233 Canadiens entre le 6 et le 14 avril 2021.

À propos de Cœur + AVC

La vie. Ne passez pas à côté. C’est pour cette raison que Cœur + AVC cherche à combattre les maladies du cœur et l’AVC. Nous devons propulser les prochaines découvertes médicales afin que les gens au pays ne passent pas à côté de moments précieux. Ensemble, nous travaillons à prévenir les maladies, à sauver des vies et à promouvoir le rétablissement grâce à la recherche, à la promotion de la santé et aux politiques publiques.

Personne-ressource

Maryse Bégin

Maryse.Begin@coeuretavc.ca

514 871-8038, poste 20232

La Marche des dix sous du Canada et Cœur + AVC collaborent pour renforcer le soutien aux personnes vivant avec les séquelles d’un AVC

La Marche des dix sous du Canada et Cœur + AVC collaborent pour renforcer le soutien aux personnes vivant avec les séquelles d’un AVC

Toronto, le 10 mai 2021. –La Marche des dix sous du Canada et Cœur + AVC ont annoncé aujourd’hui une nouvelle collaboration tirant parti des forces, de l’expertise et des ressources complémentaires de chaque organisme pour optimiser le rétablissement après un AVC. L’AVC est l’une des causes prédominantes du handicap au Canada.

« Cette collaboration améliorera considérablement le bien-être des personnes ayant subi un AVC et de leur famille, en combinant la vaste expérience de la Marche des dix sous du Canada en matière de services aux personnes qui ont un handicap aux connaissances approfondies de Cœur + AVC en ce qui concerne les pratiques optimales en matière de soins de l’AVC », affirme Len Baker, président et PDG de la Marche des dix sous du Canada. « Ensemble, nous allons créer un nouveau réseau de soutien complet qui donne accès aux gens à des renseignements et à des services fondés sur des données probantes, plus près de chez eux, afin qu’ils puissent atteindre leurs objectifs et reconstruire leur vie. »

Chaque année, au pays, plus de 62 000 personnes subissent un AVC. Grâce aux soins de classe mondiale fournis par les centres de soins de courte durée de l’AVC et les hôpitaux partout au pays, plus de personnes que jamais survivent à un AVC. Parmi ces personnes, 60 % vivent avec un certain niveau de handicap lié à l’AVC et plus de la moitié ont besoin d’une certaine aide dans leurs activités quotidiennes pendant leur rétablissement. 

Cependant, au-delà des murs d’hôpital, des lacunes et des incohérences importantes peuvent être observées dans les services de soutien pratique et psychosocial offerts pour le rétablissement après un AVC et la réintégration dans la communauté. Les ressources varient considérablement d’un endroit à l’autre et il peut être difficile d’y accéder et de s’y retrouver. Cela peut aggraver l’isolement, augmenter le stress et, en fin de compte, faire en sorte que de nombreuses personnes ne reçoivent pas les soins et le soutien dont elles ont besoin.

« Cœur + AVC est très heureuse de se lancer dans ce partenariat stratégique avec la Marche des dix sous du Canada », déclare Doug Roth, chef de la direction de Cœur + AVC. « En travaillant ensemble, nous serons en mesure d’accroître nos ressources et notre leadership de premier ordre pour les personnes ayant subi un AVC et leurs proches aidants tout au long de leur rétablissement. »

Ancré dans les expériences vécues des personnes ayant subi un AVC et de leur famille, le partenariat entre la Marche des dix sous du Canada et Cœur + AVC se concentrera sur les points suivants :

  • intégrer les pratiques optimales en matière de soins de l’AVC aux services communautaires en fournissant aux professionnels et au public les lignes directrices, les ressources et les documents les plus récents fondés sur des données probantes et axés sur les pratiques exemplaires;
  • consolider les ressources sur le terrain pour offrir un soutien de haute qualité aux personnes ayant subi un AVC grâce aux programmes de partenariat, d’éducation et de formation;
  • créer de nouvelles ressources et occasions d’apprentissage pour les personnes vivant avec les séquelles d’un AVC et leur famille grâce à une vision commune des services liés à l’AVC au pays.

Les deux organismes collaboreront pour créer et déployer des mécanismes de soutien, des ressources et du matériel éducatif pour les personnes et les familles touchées par l’AVC afin qu’elles puissent vivre leur vie au meilleur de leurs possibilités. Des occasions accrues d’engagement seront offertes aux personnes vivant avec les séquelles d’un AVC, notamment en matière d’information et de sensibilisation, grâce au leadership de Cœur + AVC dans l’élaboration de ressources sur les pratiques exemplaires et de programmes fondés sur des données probantes sur l’AVC, et au leadership de la Marche des dix sous du Canada dans la conception et la prestation de services personnalisés en matière d’AVC.

À propos de la Marche des dix sous du Canada

La Marche des dix sous du Canada est un organisme de bienfaisance reconnu à l’échelle nationale qui offre depuis 70 ans des services de soutien aux personnes qui ont un handicap, à leur famille et à leurs proches aidants partout au pays. Notre objectif est de rehausser l’indépendance et la participation communautaire des personnes qui ont un handicap, chaque jour, par l’entremise d’une vaste gamme de programmes et de services à l’échelle du Canada. Aujourd’hui, la Marche des dix sous du Canada applique cette expertise à la création du programme Après un ACV, afin de pouvoir soutenir, lier et inspirer chaque personne touchée par un AVC partout au pays.

Pour plus d’information, visitez le www.marchofdimes.ca/fr-ca ou appelez au 1 800 263-3463. 

À propos de Cœur + AVC

La vie. Ne passez pas à côté. C’est pour cette raison que Cœur + AVC mène la lutte contre les maladies du cœur et l’AVC. Nous devons propulser les prochaines découvertes médicales afin que les gens au pays ne passent pas à côté de moments précieux. Ensemble, nous promouvons la santé, préservons la vie et favorisons le rétablissement grâce à la recherche, à la promotion de la santé et à des politiques publiques. coeuretavc.ca

Récemment, Cœur + AVC a lancé la campagne Combattons ensemble, qui vise à unir les gens de partout au pays contre la myriade de problèmes liés aux maladies du cœur et à l’AVC. Cliquez ici pour en apprendre plus. Joignez-vous à nous et combattons ensemble les maladies du cœur et l’AVC.

– 30 –

Pour plus d’information :
Joan Patch
Spécialiste des communications
437 331-9035
jpatch@marchofdimes.ca

Jennifer Spencer
Directrice adjointe du service des Communications
416 710-9213
jspencer@marchofdimes.ca

Alicia D’Aguiar

Conseillère en communications

647 821-0133

Alicia.Daguiar@heartandstroke.ca

Une plateforme de recherche pancanadienne étudie des façons de réparer le cerveau et d’accélérer la récupération après un AVC par une stimulation non invasive.

MONTRÉAL_ Une nouvelle plateforme nationale visant à exploiter le potentiel de la stimulation non invasive dans le traitement sécuritaire du cerveau affecté par un accident vasculaire cérébral (AVC) a reçu une importante subvention de la Fondation Brain Canada et du Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC (PCRA) de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC.

Codirigée par le Dr Alexander Thiel, neurologue spécialiste des AVC à l’Université McGill, et les neuroscientifiques Dre Jodi Edwards, de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa (ICUO), et Dr Numa Dancause, de l’Université de Montréal, la plateforme nationale de recherche sur la stimulation cérébrale non invasive (CanStim) recevra une subvention de 1,9 million de dollars sur 3,5 ans dans le cadre du programme de subventions des plateformes de la Fondation Brain Canada afin d’accélérer les découvertes et de permettre aux nouvelles recherches de passer à l’application pratique en clinique.

« En investissant dans des plateformes qui permettront le partage des ressources de recherche, nous favorisons non seulement la collaboration interdisciplinaire, mais nous permettons également à la science d’avancer beaucoup plus rapidement », déclare la Dre Viviane Poupon, présidente et chef de la direction de la Fondation Brain Canada.

Première plateforme de ce type au monde, CanStim présente une approche translationnelle unique de la recherche axée sur la réadaptation et le rétablissement après un AVC en intégrant la recherche préclinique et clinique dès le début du projet. La plateforme fournira les capacités de recherche nécessaires en matière de méthodes de stimulation cérébrale non invasives comme la stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr), lesquelles favoriseront la conception et l’optimisation de nouvelles approches pour les personnes souffrant d’un AVC ou d’autres troubles neurologiques. De plus, CanStim offrira aux stagiaires de différentes régions du Canada la possibilité d’explorer de nouvelles approches interdisciplinaires pour l’étude du rétablissement après un AVC.

«  Bien que la SMTr soit une option prometteuse pour améliorer la réadaptation des survivants d’un AVC, des données d’essais cliniques sont nécessaires pour en établir l’efficacité avant son adoption dans la pratique clinique courante, explique le Dr Thiel. À ce jour, peu d’essais cliniques sur la réadaptation après un AVC ont utilisé la SMTr en raison d’un manque de consensus sur les paramètres optimaux à utiliser chez les survivants d’un AVC, des protocoles variables ou de l’absence d’une plateforme nationale en facilitant l’utilisation. »

« La conception intégrée de CanStim nous permettra de faire progresser rapidement l’élaboration de protocoles optimisés d’utilisation de la SMT pour la réadaptation après un AVC », affirme la Dre Edwards, qui est directrice du Programme de recherche Nexus sur le cerveau et le cœur de l’ICUO.

Utilisée en combinaison avec une thérapie de réadaptation, la SMTr est une méthode sûre et non invasive de stimulation du cerveau qui envoie de courtes impulsions magnétiques à l’extérieur du crâne. Elle a le potentiel d’améliorer le rétablissement et de réduire la quantité de thérapie standard nécessaire pour obtenir des gains.

Les possibilités de collaboration avec l’industrie sont particulièrement intéressantes dans cette nouvelle initiative. CanStim offrira aux patients les dispositifs conçus plus rapidement en accélérant les essais cliniques et offrira son expertise en recherche préclinique pour la conception de nouveaux outils avec des partenaires de l’industrie. « Notre plateforme a une structure unique qui catalysera l’élaboration de nouvelles approches et l’essai de technologies prometteuses », affirme le Dr Dancause.

Selon une étude de 2015 publiée dans la revue Stroke, plus de 405 000 Canadiens vivent avec une incapacité à long terme à la suite d’un AVC – et ce nombre devrait presque doubler d’ici 2038. « Les nouvelles technologies comme la stimulation cérébrale sont tellement prometteuses pour les personnes qui se remettent d’un AVC », explique Katie Lafferty, chef de la direction du PCRA. « C’est très stimulant d’avoir un effort national de cette ampleur axé sur cette nouvelle approche. »

L’équipe de CanStim comprend des chercheurs de premier plan en rétablissement d’Ottawa, de Montréal, de Québec, de Kingston, de Vancouver, de Calgary et de St. John’s.

Les membres de l’équipe sont Stephen Scott, Centre des études en neuroscience de l’Université Queen’s; Douglas Cook, Université Queen’s; Lara Boyd, Département de physiothérapie, Université de la Colombie-Britannique; Sean Dukelow, Département des neurosciences cliniques, Université de Calgary; Catherine Mercier, Département de réadaptation, Université Laval; Marc Roig Pull, École de physiothérapie et d’ergothérapie, Université McGill; Joyce Fung, École de physiothérapie et d’ergothérapie, Université McGill; et Michelle Ploughman, Médecine physique et réadaptation, Université Memorial de Terre-Neuve.

Ce projet a été rendu possible grâce au soutien financier de Santé Canada, par l’intermédiaire du Fonds canadien de recherche sur le cerveau, un partenariat novateur entre le gouvernement du Canada (par l’intermédiaire de Santé Canada) et la Fondation Brain Canada, le Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC (PCRA) de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC et le Réseau provincial de recherche en adaptation-réadaptation (REPAR).

  • 30 –

Le Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC de la FMCA est une initiative conjointe de la FMCA et des principaux centres de recherche sur les AVC du Canada. Basé à l’Université d’Ottawa, le Partenariat restaure des vies grâce à la recherche. Pour en savoir plus, voir http://www.canadianstroke.ca/fr.

La Fondation Brain Canada est un organisme national sans but lucratif qui favorise et soutient l’excellence, l’innovation et la recherche sur le cerveau axées sur le changement de paradigme au Canada. Elle joue un rôle unique et inestimable en tant que rassembleur national de la communauté de recherche sur le cerveau. Elle comprend qu’une meilleure compréhension du fonctionnement du cerveau contribue à la prévention, au diagnostic, au traitement et à la guérison des troubles du cerveau, ce qui améliore les résultats en santé et la qualité de vie de tous les Canadiens. Pour en savoir plus, voir braincanada.ca.

Le programme de mieux-être de Cœur + AVC combat l’hypertension

Les partenariats et l’innovation ont produit des résultats matériels et mesurables, et ont permis d’adapter le programme pendant la pandémie

Toronto, le 27 novembre 2020. – Près de 4 600 personnes risquant de développer de l’hypertension ont participé à un programme de mieux-être novateur offert par Cœur + AVC et axé sur l’activité physique, l’alimentation saine et la gestion du stress. Un suivi effectué auprès d’un solide échantillon de plus de 1 000 participants a révélé que le programme a dépassé son objectif d’arrêter l’augmentation de leur pression artérielle, qui a plutôt connu une baisse moyenne de 4,4 points, une diminution significative.

Sans intervention, la moitié des personnes atteintes de préhypertension (pression artérielle systolique entre 121 et 139) pourraient faire de l’hypertension dans les cinq ans. L’hypertension artérielle est le plus important facteur de risque associé à l’AVC et un des principaux facteurs de risque associés aux maladies du cœur. Chaque année, au pays, plus de 66 000 personnes succombent à une maladie du cœur ou à un AVC.

« Nous sommes ravis de ces résultats : le contrôle de la pression artérielle sauve des vies, mais il est difficile de changer les comportements pour y parvenir, déclare Doug Roth, chef de la direction de Cœur + AVC. Nous avons examiné les meilleures preuves, réuni les bons partenaires et nous sommes appuyés sur un mécanisme de financement novateur; tout cela nous a permis de fournir aux participants le soutien, les connaissances et les outils nécessaires pour effectuer des changements sains. »

Le programme s’adressait aux personnes de 40 ans et plus atteintes de préhypertension et qui ne prenaient pas de médicaments pour la pression artérielle. Les participants avaient accès à un conseiller en santé personnel, à un nutritionniste dans un magasin Loblaws, à une adhésion de deux mois au YMCA, à une plateforme en ligne pour suivre leurs progrès et obtenir des informations utiles, en plus de points PC Optimum en prime chez Pharmaprix pour les inciter à adopter de saines habitudes de vie. Le programme, qui a été lancé en 2018 et s’est terminé à l’automne 2020, a réuni des participants de tout l’Ontario et de la Colombie-Britannique, ainsi que de Saskatoon.  

« Mes petits-enfants me donnent une raison de vivre. J’aime jouer et courir avec eux au parc, mais il faut être en santé pour arriver à les suivre! Action-Réaction nous encourage à prendre vraiment soin de notre santé et à contrôler notre tension artérielle. Le programme a été une source d’inspiration pour moi », raconte Mohinder Grover, 71 ans, de Toronto.  

Cependant, la pandémie de COVID-19 a soulevé des difficultés dans la phase finale du programme, notamment en raison de l’impossibilité d’avoir des interactions en personne. L’équipe du programme Action-Réaction a rapidement délaissé le recrutement de nouveaux participants pour se concentrer sur les participants déjà inscrits.

« Une fois la pandémie arrivée, nous avons dû nous adapter rapidement pour maintenir l’engagement et le soutien des participants depuis la sécurité et le confort de leur foyer, explique M. Roth. Nous avons travaillé avec nos partenaires pour assurer une transition en douceur vers un programme entièrement virtuel et offrir davantage de soutien. Par exemple, lorsque les participants ne pouvaient plus se rendre dans une pharmacie pour faire vérifier leur pression artérielle, nous avons envoyé 500 tensiomètres approuvés pour qu’ils puissent le faire chez eux. Le YMCA a aussi lancé des cours d’exercices virtuels pour encourager les gens à continuer à bouger. »

D’ailleurs, le programme Action-Réaction a été lancé en collaboration avec des investisseurs privés, le gouvernement (Agence de santé publique du Canada [ASPC]), MaRS, et des partenaires privés et communautaires (Compagnies Loblaws Limitée, le YMCA et d’autres). Il a été financé selon un modèle novateur appelé « obligations à impact social ». Des investisseurs privés fournissent le capital initial pour l’élaboration et la mise en œuvre du programme, puis ils sont remboursés avec des subventions du gouvernement si le programme est une réussite. Fort du succès d’Action-Réaction, Cœur + AVC souhaite travailler avec d’autres partenaires et bailleurs de fonds pour proposer des initiatives de santé innovantes susceptibles d’améliorer la santé de la population.

« Il existe de nombreux programmes communautaires qui pourraient aider les Canadiens, mais qui ne reçoivent pas de financement. Avec Cœur + AVC, nous avons réussi à démontrer comment l’investissement à impact social peut compléter le financement public et philanthropique et générer des retombées positives », explique Adam Jagelewski, directeur du Centre d’investissement d’impact MaRS. Nous avons conçu un modèle efficace pour les futurs partenariats et programmes. »

Les investisseurs du programme Action-Réaction recevront donc un retour de plus de 7 % sur leur investissement collectif initial de 3,4 millions de dollars puisque le programme a dépassé son objectif de maintien ou de diminution de la pression artérielle des participants entre leur séance initiale et leur séance de suivi six mois après, et puisque 4 579 participants se sont inscrits au programme. L’objectif initial était de 7 000 inscriptions, mais le recrutement a dû être interrompu prématurément en raison de la pandémie.

– 30 –

À propos de Cœur + AVC

La vie. Ne passez pas à côté. C’est pour cette raison qu’il faut combattre l’hypertension et que Cœur + AVC mène la lutte contre les maladies du cœur et l’AVC. Nous devons propulser les prochaines découvertes médicales afin que les gens au pays ne passent pas à côté de moments précieux. Ensemble, nous travaillons à prévenir les maladies, à sauver des vies et à promouvoir le rétablissement grâce à la recherche, à la promotion de la santé et aux politiques publiques.

Personne-ressource de Cœur + AVC pour les médias

Stephanie Lawrence

Stephanie.Lawrence@heartandstroke.ca

613-290-4236