29 janvier 2018

Forts d’un financement catalyseur de CaSTOR (Canadian Stroke Trials for Optimized Results/essais cliniques pour de meilleurs résultats post-AVC), des chercheurs montréalais ont décroché une subvention de 394 000 $ accordée par les Instituts de recherche en santé du Canada. CaSTOR est une initiative conjointe du PCRA et du Consortium neurovasculaire canadien.

Le Dr Marc Roig de l’Université McGill dirigera la première étude des effets d’un entraînement fractionné de forte intensité sur la plasticité du cerveau et la santé cardiovasculaire des personnes vivant avec les séquelles d’un AVC. « Je tiens à souligner le soutien que nous avons reçu du PCRA », a-t-il dit à l’annonce de la subvention.

Voici un résumé simplifié de la recherche en question :

Les exercices réguliers contribuent à améliorer la vitesse de marche et l’endurance après un accident vasculaire cérébral. Généralement, l’exercice cardiovasculaire est pratiqué à des intensités modérées et de façon continue, mais si des intensités plus élevées peuvent être atteintes, il est possible d’améliorer davantage le rétablissement et  la récupération des fonctions.

L’intensité semble être un ingrédient clé des programmes d’exercice pour améliorer la santé du cerveau et la santé cardiovasculaire. Cependant, l’exercice à haute intensité peut représenter un défi pour les personnes victimes d’un AVC, surtout s’il doit être soutenu pendant de longues périodes pour obtenir un effet d’entraînement. Il faut donc trouver des moyens créatifs d’aider ces personnes à faire de l’exercice aux intensités plus intenses qui mèneront à un meilleur rétablissement et à une meilleure santé après l’AVC.

L’entraînement fractionné (par intervalles) à haute intensité est une forme d’exercice qui combine de courtes périodes d’exercices intenses avec des périodes de récupération active ou de repos. Ce type d’exercice peut être plus à la portée des personnes victimes d’un AVC parce qu’il n’est pas nécessaire de maintenir des intensités élevées pendant de longues périodes puisque les pauses sont permises.

Il a été démontré que l’entraînement par intervalles à haute intensité est sans danger et bénéfique pour de nombreux aspects de la santé et du fonctionnement chez les adultes en bonne santé et les personnes atteintes d’une maladie cardiaque. À ce jour, seules quelques études ont examiné les effets de l’entraînement par intervalles à haute intensité chez les personnes victimes d’un AVC et se sont surtout concentrées sur l’amélioration de la marche.

La santé cérébrale et la santé cardiovasculaire sont peut-être les deux ingrédients les plus importants pour stimuler le rétablissement post-AVC et réduire le risque d’AVC futurs. L’exercice de haute intensité a le potentiel d’améliorer ces deux aspects. Il s’agira de la première étude portant sur les effets d’un entraînement à intervalles de haute intensité sur la plasticité cérébrale et la santé cardiovasculaire chez les personnes avec AVC.