24 mars 2021

MONTRÉAL_ Une nouvelle plateforme nationale visant à exploiter le potentiel de la stimulation non invasive dans le traitement sécuritaire du cerveau affecté par un accident vasculaire cérébral (AVC) a reçu une importante subvention de la Fondation Brain Canada et du Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC (PCRA) de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC.

Codirigée par le Dr Alexander Thiel, neurologue spécialiste des AVC à l'Université McGill, et les neuroscientifiques Dre Jodi Edwards, de l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa (ICUO), et Dr Numa Dancause, de l'Université de Montréal, la plateforme nationale de recherche sur la stimulation cérébrale non invasive (CanStim) recevra une subvention de 1,9 million de dollars sur 3,5 ans dans le cadre du programme de subventions des plateformes de la Fondation Brain Canada afin d'accélérer les découvertes et de permettre aux nouvelles recherches de passer à l’application pratique en clinique.

« En investissant dans des plateformes qui permettront le partage des ressources de recherche, nous favorisons non seulement la collaboration interdisciplinaire, mais nous permettons également à la science d'avancer beaucoup plus rapidement », déclare la Dre Viviane Poupon, présidente et chef de la direction de la Fondation Brain Canada.

Première plateforme de ce type au monde, CanStim présente une approche translationnelle unique de la recherche axée sur la réadaptation et le rétablissement après un AVC en intégrant la recherche préclinique et clinique dès le début du projet. La plateforme fournira les capacités de recherche nécessaires en matière de méthodes de stimulation cérébrale non invasives comme la stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr), lesquelles favoriseront la conception et l’optimisation de nouvelles approches pour les personnes souffrant d'un AVC ou d'autres troubles neurologiques. De plus, CanStim offrira aux stagiaires de différentes régions du Canada la possibilité d'explorer de nouvelles approches interdisciplinaires pour l’étude du rétablissement après un AVC.

«  Bien que la SMTr soit une option prometteuse pour améliorer la réadaptation des survivants d'un AVC, des données d'essais cliniques sont nécessaires pour en établir l'efficacité avant son adoption dans la pratique clinique courante, explique le Dr Thiel. À ce jour, peu d'essais cliniques sur la réadaptation après un AVC ont utilisé la SMTr en raison d'un manque de consensus sur les paramètres optimaux à utiliser chez les survivants d'un AVC, des protocoles variables ou de l'absence d'une plateforme nationale en facilitant l'utilisation. »

« La conception intégrée de CanStim nous permettra de faire progresser rapidement l'élaboration de protocoles optimisés d'utilisation de la SMT pour la réadaptation après un AVC », affirme la Dre Edwards, qui est directrice du Programme de recherche Nexus sur le cerveau et le cœur de l'ICUO.

Utilisée en combinaison avec une thérapie de réadaptation, la SMTr est une méthode sûre et non invasive de stimulation du cerveau qui envoie de courtes impulsions magnétiques à l'extérieur du crâne. Elle a le potentiel d'améliorer le rétablissement et de réduire la quantité de thérapie standard nécessaire pour obtenir des gains.

 

Les possibilités de collaboration avec l'industrie sont particulièrement intéressantes dans cette nouvelle initiative. CanStim offrira aux patients les dispositifs conçus plus rapidement en accélérant les essais cliniques et offrira son expertise en recherche préclinique pour la conception de nouveaux outils avec des partenaires de l'industrie. « Notre plateforme a une structure unique qui catalysera l’élaboration de nouvelles approches et l'essai de technologies prometteuses », affirme le Dr Dancause.

Selon une étude de 2015 publiée dans la revue Stroke, plus de 405 000 Canadiens vivent avec une incapacité à long terme à la suite d’un AVC - et ce nombre devrait presque doubler d'ici 2038. « Les nouvelles technologies comme la stimulation cérébrale sont tellement prometteuses pour les personnes qui se remettent d'un AVC », explique Katie Lafferty, chef de la direction du PCRA. « C'est très stimulant d'avoir un effort national de cette ampleur axé sur cette nouvelle approche. »

L'équipe de CanStim comprend des chercheurs de premier plan en rétablissement d'Ottawa, de Montréal, de Québec, de Kingston, de Vancouver, de Calgary et de St. John’s.

Les membres de l'équipe sont Stephen Scott, Centre des études en neuroscience de l’Université Queen's; Douglas Cook, Université Queen's; Lara Boyd, Département de physiothérapie, Université de la Colombie-Britannique; Sean Dukelow, Département des neurosciences cliniques, Université de Calgary; Catherine Mercier, Département de réadaptation, Université Laval; Marc Roig Pull, École de physiothérapie et d'ergothérapie, Université McGill; Joyce Fung, École de physiothérapie et d'ergothérapie, Université McGill; et Michelle Ploughman, Médecine physique et réadaptation, Université Memorial de Terre-Neuve.

Ce projet a été rendu possible grâce au soutien financier de Santé Canada, par l'intermédiaire du Fonds canadien de recherche sur le cerveau, un partenariat novateur entre le gouvernement du Canada (par l'intermédiaire de Santé Canada) et la Fondation Brain Canada, le Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC (PCRA) de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC et le Réseau provincial de recherche en adaptation-réadaptation (REPAR).

 

  • 30 -

 

Le Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC de la FMCA est une initiative conjointe de la FMCA et des principaux centres de recherche sur les AVC du Canada. Basé à l'Université d'Ottawa, le Partenariat restaure des vies grâce à la recherche. Pour en savoir plus, voir http://www.canadianstroke.ca/fr.

La Fondation Brain Canada est un organisme national sans but lucratif qui favorise et soutient l'excellence, l'innovation et la recherche sur le cerveau axées sur le changement de paradigme au Canada. Elle joue un rôle unique et inestimable en tant que rassembleur national de la communauté de recherche sur le cerveau. Elle comprend qu'une meilleure compréhension du fonctionnement du cerveau contribue à la prévention, au diagnostic, au traitement et à la guérison des troubles du cerveau, ce qui améliore les résultats en santé et la qualité de vie de tous les Canadiens. Pour en savoir plus, voir braincanada.ca.